« Introduction à la pensée arabe contemporaine »

Abdel-Malek, 1965, introduction au vol. 2 de son Anthologie de la littérature arabe contemporaine. 5- 39.

Pleine période de la Décolonisation, après la révolution égyptienne, Bandung, la guerre d’Algérie (« la grande hémorragie », 21), Suez. Mais avant la Guerre des six jours. (Correction : l’introduction porte aussi la date de 1970, et elle évoque la résistance palestinienne et la guerre de juin 67, 28.)

Guerrre froide et blocs mondiaux, qu’AAM indique explicitement, comme  contexte pour les luttes nationalistes, et « l’étape nationalitaire », des pays arabes et des efforts vers l’unité arabe.

Et donc conditions du savoir et de « la pensée » : « intelligentsia », « groupes de pensée et l’action » 10, « Philosophes et combattants » 23. Et réformistes, si on veut embrasser l’histoire depuis les 1860s. Un siècle. Fondamentalisme islamique d’une part, et modernité libérale de l’autre, avec leurs variantes et leurs fusions. Se résolvant dans le présent « mondial » – carte de la guerre froide, mais aussi imagination dès ce moment de la possibilité d’un « cosmopolitisme sans visage » (20).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *