Traduction et champ comparé

Enfin du comparé ! – ironique, après des années déjà dans OTSOG, en solitaire. La traduction de R. Kaiser avec moi, en compagnie au fil, sur la table de travail ; et maintenant l’étrangeté intime de celle de Mendras pour le volume des Éléments de théorie et de méthode sociologique, faite avant que Merton n’écrive OTSOG. Avec une note, minimale, sur ses questions et décisions de traduction – et lui-même son environnement de références, compagnonnage en traduction. Étrangères pour moi (internes au passage de la sociologie US-France). L’un des plaisirs que j’ai déjà et que je me promets : intégrer à l’édition de la trad la bibliographie de ces accompagnements – et de ce comparatisme (outre le scientifisme, et en bonne compagnie avec l’intertextualité : Eco, Debaene, Sterne Swift Rabelais, Schlanger). Intégrer la “fantaisie saussurienne” ?? Ce sera sans doute un bord.

Tout ce que ça change, ce champ multiple, rebondissant et ouvert, s’ouvrant.

Quel scénario squelettique étrange, toute cette traductologie qui imagine les questions de traduction comme un face à face solitaire, genre schéma de la communication, livres de linguistique avec dessins en ligne noire. D’où une occasion de situer mieux les méthodes, approches, diversions, qui break away: comparaison des traductions (dont typiquement Berman), archives manuscrits et brouillons (ligne de P Hersant depuis longtemps maintenant). Reste, il me semble, majoritairement en place le pôle version (et pan aveugle toujours du versant thème, càd le pôle publication : demandes culturelles de, cadre contraintes, surmoi culturo-industriel), et il me semble aussi le cadre bilingue exclusivement. Plein de faux-sens sur les contraintes et “impossibilités”.

(Le comparé, comme ambiant : pas tant la possibilité de parler que celle de ne pas être pris sous le poids des mots de ma langue, d’une langue, la poitrine écrasée par la pierre. Entre les possibilités, les choses soulevées, sans surveillance, l’air mouvant entre les piliers soulevés. Expérience de l’Angleterre, 1970s, the smell of creosote and lace knee socks. – How many languages do you speak? My bemused, delighted question to Indian colleagues.)

NB : j’aime ces moments : intégration d’un nouveau mot-clé : comique. La fantaisie saussurienne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search