Morales néolibérales – états de la critique

Les morales, les polices, vérifications d’identité, exigences et aboiements (NB, cancel, geste énonciatif à regarder de près, il a une histoire déjà, précise et en tache d’huile très rapide, social-médiatique, avec une proposition critique singulière, à retracer avec attention), mots d’ordre – je dis “néolibérales” dans le sens d’un bloc historique, qui inclut dans ses déterminations les termes de ses pôles critiques.

Identités pédagogiques. Cultural identity 1 chez S Hall ; Bhabha je crois dit précisément “pédagogique”. Identités produites par les subjectivations (ou “désindividualisation”, en termes Stiegler cum Simondon) des cultures de l’évaluation et, sur une autre zone, du like.

Misères de la critique.

Les appels de la “social justice“, “inclusion“. Très nettement lisibles dans les formations et débats Digital Humanities, et les arguments de leurs tournants critiques (je le vois bien apparaître sous le tracement essayé pour ma conférence au GIAN workshop d’Aligarh). A partir de ce corpus singulier, limité même, et toutes les inscriptions qui y sont lisible malgré la représentativité en rien démontrée (si ce n’est la centralité acquise, légitimité construite et son succès évident maintenant, en termes majoritaires) : on peut en faire, prévoir, un relevé. “DH that matter” (Debates in the DH, U of Minnesota Press series, Matthew Gold & later Lauren Klein – ethical call for responsibility, and opportune echo to BLM surely), “care“.

Je prendrai donc par : Your diversity is not my diversity – riffing on Padmini R Murray, “Your DH is not my DH”, à l’occasion du colloque d’Edmonton 2015, Digital Diversity. L’Inde toujours généreuse en critique sur la diversité.

Je cherche toujours à comprendre – c’est un pan plus difficile à mettre au net, malgré la précocité de ma familiarité (mais donc laquelle, grande époque Virago, facilités des féminismes grand public, doucement bourgeois-culturels) avec ce terrain, j’en ai toujours un infans. Je cherche toujours à comprendre le sens historique, l’ensemble de lisibilité, des “questions sociales” après les politiques, les NMS (oui que la politique comme forme des poussées de dêmos et d’histoire, c’est ce que je conçois bien et aime savoir reconnu) et parmi eux les identités de genre. Pourquoi une telle cristallisation politique, “sociétale” et peut-être post-politique post-libéralisme patriarcal, dans les décennies dernières ? Politisation de ; dépolitisations en même temps. Que la famille soient ciblée pour désarticulation et réarticulation, ok. Au-delà ? ELB dit, de manière réflexe : la reproduction.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search