Peuples du numĂ©rique – vox populi – đź“Ś

Well blow me down, this : folksonomy, since 2004, Thomas Vander Wol đź“Ś. Ma curiositĂ© des effets singuliers de la vox populi, celle de la wiki n’Ă©tant pas celle de DeepL et Big Data, etc. (Peuples populations, prĂ©dictifs, biopolitiques – the analytic trop still pertinent. GĂ©rĂ©s, alors, par l’Etat statistique.)

Elyse Graham sur “Joyce and the Graveyard of Digital Empires” (Debates in the DH 2019 je crois) m’apprend beaucoup, plusieurs clĂ©s dans l’Ă©tat contemporain, post plusieurs Ă©pates historiques et dans plusieurs lignes gĂ©nĂ©alogiques – les Ă©checs et clĂ´tures de projets, la tradition “hypertexte” oĂą les littĂ©raires ont marquĂ© et renouvelĂ©, affirmĂ©, leur vision du texte comme base de donnĂ©e plutĂ´t que la base de donnĂ©e comme texte (〰️), les dĂ©bats actuels sur la sustainability, qui fait enfin une prĂ©occupation de l’acte culturel, et abord d’une rethĂ©orisation de la culture – you need an audience, wooing users, etc.

Apparitions, formages, du peuple et des peuples dans le / du numĂ©rique : commentaire, 2.0, annotation participative, social media (M. Doueihi makes much of this, lui appartient donc en effet aux DH des 2010 onwards, et cherche Ă  Ă©laborer les outils nĂ©cessaires Ă  leurs conditions techniques et socio-culturelles inĂ©dites), “collaboration” et “transdiscipline” trope de justification disciplinaire (lu par Brennan comme le peuple nĂ©olibĂ©ral du “projet”, sujets prĂ©carisĂ©s et dĂ©disciplinarisations, dĂ©-mĂ©diations de la logique corporate uni – Brennan cible bien le “community of users” ; E Graham Ă©voque, en positif, un thème du souci de sustainability: Visconti dans Infinite Ulysses, ” ‘participatory interface design for knowlegde-building’, which entails treating interface design as a branch of community-building, which in its turn is a necessary requirement of digital sustainability” (359). “Sustainability” mĂŞme (le social, les “agents”, contre la vision centrĂ©e sur l’objet artefactuel). Interfaces interactives, users.

Ă€ ce propos, une contradiction (pour effet de pĂ©roraison, dommage ?) chez E Graham, qui insiste Ă  dĂ©faire la suggestion hypertextualiste de Joyce comme prĂ©curseur (visionnaire, si on part sur le ton de la version McLuhan de ce thème) de l’hypertexte compuationnel, mais intitule sa dernière section de texte “Here Comes Everybody” – peuple du poème chez Joyce exactement (cf “Essai de poĂ©tique du peuple”), celui de Finnegans Wake après les Dubliners.

Puis : memes, cultures populaires et mĂ©miques/mimĂ©tiques, vernaculaire du digital – il est Ă  construire, comme les Cultural studies ont construit les cadres possibles pour saisir les Popular Arts – Hebdige toujours un repère, après Hall. Pratiques : prendre par les. AliĂ©nations et cultures of the governed and the weak. These too are figures of the people.

Populismes aussi, nĂ©cessairement, et en effet. Ce que les populismes doivent aux media (piste critique traditionnelle et largement parcourue, lieu commun de), et Ă  l’inĂ©dit des conditions mĂ©diatiques. Complotismes, silos informationnels, effets et biais algorithmiques, et al.

Repères orientations : peuples du numérique, et numérique comparé, toujours méthodologique lent interdépendants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search