Prolétarisation du savoir – Simondon selon Stiegler

Avec Stiegler – et je peux prendre son affect (“une histoire, notre histoire, et comme l’histoire d’une calamité”, 154) pour raisonner le mien -, la notion de “génération déclassée“, par rapport à la “génération lyrique” de 1968 (155 – il a cité Boltanski et Chiapello plus haut et la “critique artiste”, passage fait, et noté). Sentiment sociologique.

Qu’il élabore avec Simondon : une prolétarisation de la [raison – est-ce le terme de Simondon, je ne sais plus. Du savoir ? Des institutions de “rétention tertiaire”]. Identification, situation historique et conceptuelle du cognitariat, et de la génération (production positive that is, clearly at work) des “intellos précaires“.

C’est autre chose que la proposition sophistiquée de Foucault, qui passe par l’élaboration savante et discursive du savoir, des disciplines, du biopolitique en conséquence. Toute autre construction. (Et une autre construction du corps et du biologique, bios.) Que fait Foucault de l’économique exactement déjà ? Naissance de la biopolitique étant consacré, étonnamment, au (néo)libéralisme autrichien et suites.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search