Numérique et écriture, à partir de technique et culture : Stiegler

Stiegler, dont il faut apprendre à situer, et mettre dans un côté de l’oreille lectrice, la rhétorique narcissique d’une part et dramatique d’une même-autre – le genre de États de choc le permet, essai, invocation, manifeste, et écrit de chef d’école, Epineuil et Ars Industrialis constamment évoqués, la parole est explicitement en ce nom :

une proposition, la seule que j’ai trouvée composée exactement sur l’articulation nécessaire, entre la technique et la culture (en développant Simondon vers la philosophie générale ; calculant les effets de Simondon au-delà de ses frayages décisifs) et entre le numérique et l’écriture. S’appuyant sur Sylvain Auroux, pour une conceptualisation de la grammatisation (la ligne au-delà de Saussure, qu’a inaugurée Milman Parry puis sillage de Ong et, décisivement, Goody), reprenant source dans Platon et l’écriture et la négociation du pharmakos contre les sophistes, établissement, invention épistémologique, méta-culturelle, de la philosophie : écriture, et méthode de la “vérité”. Invention conceptuelle même, disciplinaire, de “la vérité”, comme catégorie et critère de la pensée.

Ces liaisons profondes, dans le cambouis enfoui du culturel, demandent un effort de synthèse important. Rare, et chez lui ébauché, échafaudé – voir tous ses écrous, ses lianes, mises en équivalence. Il en fait, par exemple, un Vocabulaire, organisé et officialisé, presque une école, un outillage officiel : déposé sur le site d’Ars Industrialis, proposé au bien commun. (C’est mignon, aussi.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search