Culture – milieu sémantique, scientifique

Intérêt autour du terme “culture” ces temps-ci : il me semble que c’est une formation de compromis, confortable & comforting actuellement, qui a renégocié, très certainement temporairement, fragilement, un rapport au travail théorique, philologie du social, réapproprié, détoxifié. Qui englobe le plaisir retrouvé (ou neuf, remotivé par un âge culturel toujours nouveau, accru et complexifié, 57 ans) des visites aux expositions (les acteurs de Paris en fraîcheur en ce moment, je pense à un post Covid), des livres de photo, des documents et œuvres de tous types – ce matin dans de l’anthropologie de Anonymous, par Michael Wesch, heureusement indiquée par Stiegler, moment 2012.

Culture m’accueille plus doucement, anodyne, que université, l’englobant et la tenant à distance, dans une histoire qui traverse le bloc historique néolibéral : ouf bouffée d’air, dimension des possibles. Ensuite on peut replonger et s’émerveiller, knitted-browed éventuellement, des travaux et propositions des inventeurs fidèles à la tâche, les brèches créatives et libératrices des cultural studies ; celle des nouvelles anthropologies qui ne cessent d’inventer de nouvelles manières de s’arrimer (“participer”) au social – Michael Wesch sur 4chan et l’éthique anti-identitaire, ses moyens, ses tropes, slogans, maniées, effets, armes, et finalement socialisation inédite et critique.

Il faut de l’anthropologie à la cyberculture, à la mutation numérique, aux peuples du numérique – exactement, justement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search