Archéologie de la littérature – remédiation en âge numérique

Une archéologie de la littérature est à (re)faire, dans le contexte de la tâche culturelle globale d’élucider les enjeux de la mutation numérique. Oui l’archéologie des médias, nouvel intérêt sur, retard mais pertinence français/e, très éclairante, méthodologique très saine et recompositrice – hygiène devant présentisme et technicisme. Histoire des sciences, histoire des techniques, histoire culturelle matérielle.

Mais un travail de reprise archéologique profonde des repères pour penser et placer historiquement la formation culturelle “littérature” (“Devenir des lettres“, toujours : se confirme comme une prise importante) est aussi à faire – et la tâche doit être prise en charge par la poétique. Aussi elle, du moins, et indispensablement.

Par exemple ce matin j’entame – le vif plaisir de reprendre dans l’épais, l’historique, et surtout avec un guide aussi pointu que le délicieux Stefan Collini – The Two Cultures de Snow, pour éclairer simultanément mes rêveries d’histoire épistémologique par OTSOG (sic transit in academic situations) et mes frayages dans la cartographie de la condition numérique. Collini en situant Snow, Sir en 1959 et bientôt Lord (Rede lecture 1959 donc) remet en place la “scientific revolution” du XVIIe bien sûr, mais aussi la lutte pour la légitimation de la science – de l’enseignement de la science – dans les 1880s, TH Huxley, après la carrière d’advocacy de Whewell (néologisme “scientist”, en speech act à la British Association for the Advancement of Science, dès les 1830s), avec “Science and Culture”, de 1882 et contre lui le naturel social indéboulonnable des Classics (formation du gentleman) et en pleine affirmation classique : la Rede Lecture de Matthew Arnold même, de 1882 – “Literature and Science”. NB : carrière anglaise singulière et pionnière, philologique, de la spécialisation du nom “science”, autour de 1860, et donc du néologisme “scientist”, propose sans doute (anonymisé) par Whewell, sur le modèle “artist”.

Remédiation à faire, exigeante : non seulement reprendre au passage moderne de “lettres“/”belles-lettres” à “littérature” – et alors (cf bloc historique mis en évidence par Anderson) nationale (cf AM Thiesse), coloniale, relativement-autonome en domaine de l’art – ici la dissociation of sensibility propre au tournant romantique. La modernité quoi. Age of print tout entier – avec ses formes de légitimité, ses codes culturels pour la distinction sociale : usages de la littérature, Classics pour les gents at home, English lit pour les colonisés, les femmes et les ouvriers (Eagleton).

C’est la logique tenue de ce tissu social complet où la littérature (et le roman comme forme idéologique de proue, modernité) est insérée, qui est à manœuvrer sans coupe et sans réduction, si on veut comprendre son replacement, repositionnement, dans les mutations numériques. Dont : le statut également translaté et transformé, socialement resémantisé, de l’art. Valeurs de l’art dans le monde néolibéral : précarisation (l’art a donc bon dos, avec son héritage glorieux du XIXe tournant aux avant-gardes), culturalisation, critique artiste, recherche-création, projet. La série n’est pas close ; cet ensemble, ce bloc historique, est justement l’objet à observer, comprendre, dans ses compositions toujours en cours.

Que devient la littérature ? Commencer par : certainement pas la littérature électronique. Commencer par : identifier le non-rapport, la non-continuité précisément, entre littérature et littérature en ligne. Cf notes issues de la réflexion pour la conférence d’Aligarh, à la suite des cours si largement informés détaillés et vivement illustrés par Astrid Ensslin. Ce qui se passe exactement là. (Dont : passages de générations numériques : temps de l’hypertexte (génération des grandes numérisations de corpus, philologies McGann), puis temps du numérique “social”, entre autres. Cf travail acéré de Joyce and the digital graveyard, Elyse Graham, dans le volume Debates in the DH de 2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search