Aamir Mufti vs Gil Anidjar – lectures de Said

A Mufti, je reprends son “Orientalism and the Institution of World Literatures” (2010, Critical Inquiry). Qui reprend Said, et s’harasse à récupérer pour Orientalism un espace de lecture qui ne soit pas les biais “postsécularistes“. Poursuivre la lecture de Said dans le sens de l’humanisme et de “Secular Criticism” (titre d’un chapitre conceptuel majeur du livre qui suit Orientalism, soit The World, the Text, and the Critic (1983)) ; et de la référence à Auerbach comme personnage conceptuel de la dé-transcendentalisation contre toutes les autorités culturelles, religieuses ou laïques. Dixit.

Un acteur identifié pour le camp des postsécularistes, dans leurs lectures faussées (idéologisées, c’est le sous-entendu) de Said : Gil Anidjar, par exemple dans “Secularism”, Critical Inquiry 33, automne 2006. Attaque.

 

Is Critique Secular ? Hmm ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.