Aamir Mufti vs Gil Anidjar – lectures de Said

A Mufti, je reprends son « Orientalism and the Institution of World Literatures » (2010, Critical Inquiry). Qui reprend Said, et s’harasse à récupérer pour Orientalism un espace de lecture qui ne soit pas les biais « postsécularistes« . Poursuivre la lecture de Said dans le sens de l’humanisme et de « Secular Criticism » (titre d’un chapitre conceptuel majeur du livre qui suit Orientalism, soit The World, the Text, and the Critic (1983)) ; et de la référence à Auerbach comme personnage conceptuel de la dé-transcendentalisation contre toutes les autorités culturelles, religieuses ou laïques. Dixit.

Un acteur identifié pour le camp des postsécularistes, dans leurs lectures faussées (idéologisées, c’est le sous-entendu) de Said : Gil Anidjar, par exemple dans « Secularism », Critical Inquiry 33, automne 2006. Attaque.

 

Is Critique Secular ? Hmm ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *