Numérique et traduction : objet obligé

A la faveur de la 4th East Asian Translation Studies Conference, programmée à Paris 7 à la fin du mois : apparaît à saisir, ligne de mire nette vers laquelle il y a en effet à se tourner, objet tout donné pour moi : les thèses et idéologies actuelles sur le rapport entre numérique et traduction, dans l’horizon de la mondialisation.

Après théories, histoires et pratiques la premier année 2014, après interrogation de la notion de “East Asia” (langue véhiculaire scientifique obligée, l’anglais américain, porteur de la catégorie scientifique de “area” as in “Area Studies”, dont Spivak a eu à traiter par exemple); après en 2019 “changing identities of EA”, cette année thème choisi : “On the conflicting universals in translation : translation as performance in East Asia”. Voir comment la proposition est articulée – performance je vois, question en cours au-delà, autour et surtout avant la traductologie ; l’universel, horizon classique ; proposition double, de supposer une pluralité d’universels qu’on peut essayer de penser en conflit, et de lier cet attelage à la performance. Donc suggestion : le conflit performe les, des, universels. Le tout supposant, en fin de compte, que l’universel reste un horizon, un surmoi, un invariant structurel (comme horizon d’impossible ?) des TS ? Son grand drame transculturel ?

Pourquoi garder l’universel comme noeud du souci, plutôt que la mobilité de la culture – soit transculturel ? Appeler universel, penser comme enjeu l’universel, le lieu commun nécessaire à (ou nécessairement produit par) à la traduction ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search