Science

Certainement l’apprentissage de la maturité, dans une carrière de recherche : de la différence de plan, toujours plus certaine et saisissable, entre domaine de la science et état de la vie sociale. Combien sont peu nombreuses et soigneusement réduites les zones, pour chaque individu chercheur, de compétence où des propositions sont possibles à construire et asseoir, devant la fluidité toujours surprenante et 3D des questions, abords, expressions, situations IRL. Combien de soin doit être pris pour vérifier comment une construction interprétative saisit quelque chose, quoi exactement et dans quelles conditions, de la vie historique commune. Ce que “social” veut en effet dire ; ce que les concepts, catégories, segments repérés dans les discours et bibliographies incarnent de l’infini et de mobile de l’expérience.
Ce que le discours, ou travail, de la recherche peut proposer : à la fois une culture, toujours plus enrichie avec la maturité sans doute, des traditions des sciences aux multiples outils, perspectives, reconstructions, parsings, catégorisations conceptualisations saisies ; et une capacité à baliser, repérer, opérer les calculs critiques possibles au sein de ces repères. Reconnaître des problèmes, et opérer en leur sein. Combien fluet, mince, au mieux incisif.

À quelle occasion j’y pense : EAST4, comment à 5 nous avons construit une série de réactions aux questions proposées pour la table ronde finale. Exercice. Nature de la contribution.

(Médaillés Fields annoncés ce matin, l’empilement des sphères, la percolation en 4 dimensions…)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search