Limites de Said – morale de l’énonciation

Toujours le rapport de frustration avec Said. Plus marqué ici, Covering Islam, que l’objet du livre est moins scientifique et plus dénonciateur. Contre les orientalismes passés et surtout prolongés dans le présent, la spécificité du livre étant dans la focalisation sur les Etats-Unis, Said propose un humanisme dont je ne vois toujours pas le tranchant particulier. Pas de modèle critique donc. Mais une morale, de l’objectivité, du savoir informé, de la paix et du dialogue.

Défaut, en particulier, d’une réflexivité sur l’énonciation. Décroché de Foucault, pour sûr. Les concepts pour la force de l’énonciation, nonconcepts, comme si on devait pouvoir s’en remettre au sens commun de la critique. Image, representation (particulièrement frappant, et raté, dans Representations of Intellectuals), labels, rallying cries, uses of (Islam, by ‘the West’ as by various governments in the Muslim world).

Sans concept, on reste dans le plan de la dénonciation, et dans la moralité de mensonge et vérité. Chercher à articuler par pouvoir ici : ce sera critiquement impossible. Call for, indeed. Talk.

Aprés : il y a les performatifs de Said, et ses postérités, divergentes, et souvent en paralecture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.