Projet : Conditions contemporaines des savoirs critiques

Dès que l’excitation de la nouvelle avancée est posée, je mesure combien la proposition est déjà environnée de projets similaires déjà en cours et déjà longuement éventuellement. Mais.

Je le suis beaucoup demandé au moment où j’arrivais au mondial, après le comparatisme et après le postcolonial, où la recherche pourrait mener ensuite ; crainte de rencontrer une butée. Deux fois contredite : l’une par les Mondialités islamiques, lancées maintenant (cours de licence en comparee, séminaire en programmation pour février, c.-à-d. déjà en réflexion ces mois-ci, avec invitations et dialogues et lectures pointées) – et une seconde fois avec cette évidence tombée hier : part hors-université de l’idée de la plateforme théorie critique avec les compagnons de la Comue. Part : expériences et expérimentations de savoir, lieux de savoir et lieux de critique, curieusement difficiles à identifier dans la densité académique (c’est qu’elle est une forteresse de pouvoir malgré état de embattlement, et que les fronts de lutte sont plus minoritaires largement encore que celui où  se joue une université critique, au moins imaginée, devant l’université néolibérale).

Ici Mathieu Rigouste, VS et la formation discursive des sciences de l’éducation (et les expériences kurdes et internationales), MMB poétique des savoirs à partir de Rancière, Raju (?) collègue de CZ à Chennai, Spivak et Appadurai on home fieldwork, l’université du Chiapas, etc. Les écoles anticolonialistes, les programmes d’éducation réformistes et nationalistes pendant les luttes coloniales. Les écoles critiques contemporaines. Voir. Central European University, combat de Michael Ignatieff cet été.

Mettre en regard avec la défense des départements de philo au Royaume-Uni, celle des départements de langues, celle des sciences humaines au Japon, etc.

 

Et mettre en regard avec les inventions disciplinaires : celles de la New Left, Cultural Studies. Subaltern Studies, conjonctures. …


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.