2015, 2016 : de quoi le temps ?

Il semble y a voir une ponctuation, sur divers plans, autour de 2015 et 2016. Je lis ce matin dans IA et AB, Liberté universitaire et justice sociale, le rappel de ces deux publications, The Rise of Victimhood Culture (Campbell & Manning) et Coddling (Haidt & Lukianoff). Subjectivités néolibérales. Je note depuis un bon moment l’inflexion dans le discours des Digital Humanities, indexée aux nouvelles formes technologiques et tech-industrielles, vers Elon Musk, Meta, TikTok. Revoir exactement les termes. Changement du jeu.
Un contemporain, maintenant indexé là – une unité de contemporain, alors qu’on se détache déjà d’elle avec la césure mondiale du Covid, syncope, enchaîné avec la guerre d’Ukraine (gaz, blé, autoritarismes, inflation) et la flambée écologique de l’été 2022. Brève pause en époque, mais l’inflexion reste imprimée. A élucider, à intégrer dans les lectures des devenirs.



Citer ce billet
Claire Joubert (2022, 30 juillet). 2015, 2016 : de quoi le temps ? Ce que fait un angliciste. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9x2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search