Les progrès en critique : travail de ‘composition’

Liberté universitaire et justice sociale contd. Démontre sur quelles lignes se sont faits les progrès de la critique, soit le travail (investissement immense dans le traitement des discours, et le traitement de la lecture des discours, tout en vivant les rapports en situation, càd gestion des affects dans la houle polémique) d’années.

  • par l’historicisation, l’introduction de la dimension historique, toujours plus large et lestée, documentée. Enjeu : savoir comment, où, l’introduire. P. 100 du CLG : place d’une vérité, scientifique ou théorique.
  • par la saisie de l’hétérogène : fait p. 31 : “d’une réalité nettement plus composite qu’il a ce titre, déborde ses origines liées historiquement aux luttes des communautés noires américaines …”. Non seulement le feuilleté et la nuance, mais l’hétérogène : la multiplicité croisée des déterminations, la complexité sociale ordinaire, à injecter nécessairement dans toute saisie de sens social, et culturel. L’enjeu-même : savoir comment le faire ; inventer comment le faire – composition.

Cette composition est, justement, décalée de l’intersectionnalité, et elle a un effort à faire, très intéressant et “progrès de la critique”, pour comprendre la distance à faire jouer ; utiliser la comparaison pour fouiller les histoires sociales et théorique qui sont saisissables dans l’entrebâillement. (Le travail, de la critique, n’est donc bien pas une dénonciation, contre et tout-contre, collaboration critique de la recherche, collectif qui ne veut pas dire bonheur du consensus et de l’entre-soi de communautés de mots d’ordre.)

Tiens : d’où la question de la “création critique“, dont FabLitt fait son programme l’année à venir. Sur la proposition construite, développée en une poétique et une œuvre, de P Bayard. (Et là-dessus : comme la figure de la recherche-création, celle de la recherche “militante” dit LibUJS (39), je pousse à “recherche-action“, en faisant tourner en tête, considérant, l’espace de différence entre les deux. Figures disciplinaires dans les transformations contemporaines de l’université. 👉

  • par la cartographie étudiée, choisie et sémantisée (carte des valeurs et des positions, lignes et interventions) : les notes épelant une bibliographie d’actualité passée au crible.
  • élucidation en acte, en travail stratégique, des pratiques polémiques. Identification de figures, stratagèmes, par la réflexivité pointue qu’exige cet engagement même dans telle matière. La réflexivité passe naturellement par l’exploration imaginaire d’une rhétorique de tradition longue, et d’un jeu de langage propre d’ici et maintenant. Pragmatique – car il faut faire l’effort moderniste toujours étonnante de composition-explanation.
  • et bien sur une proposition critique, un mode, une discipline si possible : ici une poétique, 41, “Quoi qu’il en soit, on ne se débarrasse pas des mots (dont les sens et les valeurs sont indexés sur des discours) …” Telle qu’elle essaie de faire une généalogie, archéologie, des discours.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search