Stengers et Schlanger : critique de l’invention pour histoire des sciences

Je crois que c’est plutôt posé comme philosophie des sciences. Depuis cette aire en tout cas – même si évidemment pour Schlanger en particulier le mode de la réflexion est philologique et donc historique. Pas de l’histoire des sciences, selon les protocoles de cette science. Les Concepts scientifiques, 1988 (éd° de 1991).

Mais l’intérêt, rapidement identifié, alors que je lis Stengers pour la première (et très longtemps promise) fois : poser et reprendre la question du “devenir scientifique”, with a long riff (fécondité 17, progrès des sciences 13, évocation de La Formation de l’esprit scientifique où l’enseignement, forme nécessaire à la morale épistémologique, redit le trope du devenir 12, “la création scientifique” 14, “la fondation d’une science” 13, “la lignée des génies, fondateurs de science” 14), et former le questionnement autour du concept d’invention. Le considérer dans son pouvoir. Première phrase d’entrée du livre : “Invention et pouvoir“.

Alors éclaire, va m’aider à me décider sur la lecture de, OTSOG : quelle position critique ? Quelle génération critique, même. Car j’ai corrigé : s’il y a une crise universitaire (collective et générationnelle) et où professionnelle (individuelle, drame personnel, Saussure et Weber et al. – il faut regarder cet objet mail observé : le malheur scientifique autant que “Le Malheur militant” récemment remarqué (Olivier Fillieule et al.). Le malheur : expérience du pouvoir, sentiment politique, sentiment sociologique. Le sociologue des sciences pris par son objet – de même que Weber avec son propre objet. D’une part.

Mais aussi donc, éclairage sur OTSOG : la valeur du comique, est un rapport au pouvoir. Expression d’une situation, d’un traitement en cours aussi, et d’une théorisation, du pouvoir devenu visible. On a touché sa limite, son pourtour, Truman expérience. Ayant été touché par lui, on devient capable de le cartographier, radiographier. Drawing by numbers. Ironie, éventuellement. Connaissance et mise au jour du jeu. L’empereur nu, et c’est drôle. Et critique.

Le comique est à l’aune du pouvoir.

Aussi : une anti-modernité, travaillée ici. Post-modernité, en 1988 avant et pendant celle qui se travaille du côté des critiques postcoloniales du savoir et de la Modernity, cible focalisée – Said déjà en 1978. Voir donc comment, sur quelles motivations, et vers quel horizon de propositions. Quelle critique, critique de la critique – as ever, what we want & observe, study. (? OTSOG, comique du pré-moderne ; ses laboratoires, nudités, balbutiements ? Les comiques de la transition moderne ? Rabelais, Swift, (mais Burton ?), Sterne ? Avant l’époque de ses drames, eux-même la Modernité même, romantique.



Citer ce billet
Claire Joubert (2022, 4 août). Stengers et Schlanger : critique de l’invention pour histoire des sciences. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://cqfa.hypotheses.org/7460

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search