Concept, humour, loisir – Stengers Schlanger avec OTSOG

Deux tentations – alors que j’essaie de saisir le projet de Stengers dans l’introduction des Concepts scientifiques – oui il s’agit de dégager le fonctionnement de la “mobilisation de” pouvoir dans les sciences selon modèle “anti-empiriste” actuel, mais le dessin de cette ligne est encore difficile à situer – :

  • quelque chose sur l’humour, où je connais déjà Schlanger en effet : contrairement à l’ironie, que Stengers verse au côté des humeurs scientifiques que Michel Serres attribue aux sciences, envie et colère (les cinq autres péchés capitaux étant, par le modèle scientifique, dénoncé dans l’anti-scientifique, le non-science, l’opinion et le préjugé), la proposition ici (26) est de basculer du côté de l’humour :

“L’humour n’a de statut au sein de la cité scientifique que clandestin, folklore des moments de détente, instants rares où se transmet le comique de ce qui intéresse les scientifiques, où se dessine la possibilité, fugace, de pratiques où les interêt pourraient se dire et s’entre-féconder sans savoir à se dissimuler.”

Oui l’humour, cerné par Schlanger, proche de son nous “pensons la bouche pleine” en effet (cité p. 26 : dynamiques de la culture).

  • quelque chose sur le temps : c’est vraiment une tentation, gratuite et pas loin de complaisante, narcissique, car je comprends encore mal. Pourtant :

Pourquoi se presser ? C’est sans doute la question la plus subversive que l’on puisse aujourd’hui adresser à la science. (27)

Ceci chez Stengers, bâti, apparemment assez gratuitement dans ce développement (y aura-t-il une reprise construite dans le volume, à voir) sur : “La méfiance, la rivalité, la compétition [affects éthiques de la science en modèle dominant – d’où évaluée telle ? comme inscriptions et modes du “pouvoir” dans ce modèle de la science ?] organisent des sciences qui parient sur le pouvoir des concepts et ne percent pas leurs temps à s’intéresser aux choses et aux hommes. “Ordre et progrès” était la devise du positivisme. Vitesse est l’impératif de ceux qui…”

Still, la tentation, de qualifier l’humeur OTSOG – et pas pour peu, de légitimer un tant soit peu, et c’est peu, le temps déversé hors de toute proportion dans la traduction. Un usage fou du temps de savoir. Qui tire stretches le rapport civil entre emploi professionnel du temps et temps du sujet, dans ses élasticités et lâches multiples. Ce loisir, comment se placer il devant la schole ? Dont la course a bien ironisé le sentimentalisme étymologique.

J’en suis seulement plutôt, pour le moment de ce tiraillement comique, à l’épigraphe actif pour mon travail sur OTSOG : “Bob, look what you made me do.”


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search