Bob, look : now Robert Burton

Vif plaisir à entrer dans la langue de Gisèle Venet, qui me rappelle Line, Charlotte, toute la culture des lettres classiques de l’anglais disons (c’est à la louche), travail historien, et dans la couche de l’episteme (c’est précis, ici, le terme choisi en indigène). Édition collective de l’Anatomie de Burton, 2005 ; la préface me fournit une toile de fond dense en information et substance, en repères exacts de noms, titres, figures culturelles – et en unités de traduction, chaînes, ton. Langue française de résonance (époque du français), mais autant, langue française de l’anglistique spécialisée sur ce champ. Le français de l’anglais du 17e – qui prend aux discours d’époque des deux côtés de la Manche, aux traductions d’époque, et aux traductions contemporaines, goût du 17e anglais.

Mais aussi évidemment : de quoi donner épaisseur au rapport Burton Merton, et à la question de comprendre ce que Merton trouve dans Burton pour en faire un hypotexte – et non seulement un objet. One thing strikes, en humeur comique : Bob, et jusqu’à Burton, rouvrant le questionnement sur la persona inventée pour le jeune savant, se fabriquer une identité américaine et sociologue, en pseudonyme universitaire.

Quoi donc de Merton dans Burton ? L’art de la “digression”, la tradition de la copia, un rapport au savoir et peut-être une déclinaison du “deuxième livre”. Une anatomie, et sans doute avant tout la mélancolie même, peut-être à rapporter au milieu universitaire, aux bibliothèques, et pour le cas de Burton au pathos de vivre en collège, aussi “augustissimus” soit-il. Socialité universitaire, en question, certainement. Et l’humour de bibliothèque.

Voir les pathos distingués : Burton et la mélancolie + satire et autres comiques ; Sterne et la sternness + roman comique ; Swift comique amer et noir ; la Battle of the Books a son ton à elle peut-être, parodique pastiche plutôt que. Libido sciendi et ses bêtes noires.



Citer ce billet
Claire Joubert (2022, 8 août). Bob, look : now Robert Burton. Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9xc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search