Woke : culture et politique, double edge observed

Crux critique, simplement, au sujet des Nouveaux Mouvements sociaux et de leurs devenirs depuis les 60s, question sociale à raciale (Fassin Bros), empêtrements français pendant que guerres culturelles américaines, puis wokism etc,

  • de même que, pour les mêmes raisons que, jeu des sphères et autonomies relatives, le culturel a pu être instrumentalisé avec une intelligence politique étonnante dans l’état idéologique marxiste (et plus largement, dans son contexte de lutte des idéologies et d’inégalités géocapitalistes) des 1920s & 30s – Gramsci sur le national, et sur les dégradations culturelles du politique, fragments culturels des positions subalternes ; Ambedkar sur la culturisation, ethnicisation, (hors-)castéisation du politique/national des Intouchables bouddhistes ; les Cultural studies (lectrices de Gramsci) et Postcolonial studies (plus libérales, littérature comparée aidant) et al. qui ont recalé la vue de la guerre froide en forçant l’intégration de la Décolonisation dans la vue de l’histoire.
  • Perry Anderson, repère pour cette configuration : “Western Marxism“, cultural Marxism, culturalisation – et ses valeurs. École de Francfort, pour la génération précédente.
  • (Une transformation à la fois parallèle et combinée : “le personnel est politique”, en féminisme puis gender. Où il faut donc tisser les problèmes. Et peut-être commencer ici pour aborder une question que je trouve difficile à saisir : comment le genre et ses fluidités est devenu un tel enjeu politique actuellement, expression, occasion, véhicule d’époque, d’une expression politique.)

 

  • de même : le politique, à décompléter le culturel. À construire, à chercher, comme décomplément de. (Tiens donc, un écho surprenant vient à l’oreille par derrière, ah oui le complément de Derrida, terre proche ? Ce qui le rend un peu plus sympathique. Le temps aidant aussi. Une tendresse, pour un familier.) Le culturel peut se dépolitiser, se décriticiser. Critiques mutuelles (: une dynamique anthropologique ? Where would that stems from? Nice story? A voir et retracer dans sa construction 💬)
  • orienter donc le travail critique vers cette ligne. Premiers noeuds clairement programmés d’avance : lier à la dépolitisation néolibérale. Ses modes, ses expressions, ses visées, stratégies d’hégémonie. Leur grande complexité : est-ce parce qu’on a le nez dessus ? Où est-ce par la torsion si sophistiquée de sa rhétorique, son langage de faux-semblant, ses jeux de langage – par exemple par la critique artiste -, ses proactivités de publicité, oh dear yes la production de discours-pouvoir et non l’exercice de la coercition, âge foucaldien. D’où la situation des gauches, et du jeu politiste, et des populisme, autoritarisme.
  • NMS now ? Reprises, de même que les Culture wars sont très marquées 1990s, bien qu’elles ne se soient pas vraiment éteintes, et sont pourtant reflambées, dans des termes formes mots d’ordre et socialisations neuves et spécifiques, late 2010s et 2020s. Les translations, homothéties qui montrent les différences d’organisation idéologique et polémique dans les situations.

 

  • autre point : ne pas prendre le politique pour le critique. Important. Les plans singuliers, séparés, sont à trouver, et “chaque fois” ils sont séparés et reliés différemment, singulièrement, sans doute. Parce que justement le jeu anthropologique du critique, qui croise politique et culturel (au moins). Histoire.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search