Comment produire une crise mondiale avec 12 petits dessins, Jeanne Favret-Saada

2007.

Ainsi que, 2017 : Les Sensibilités religieuses blessées. Christianismes, blasphèmes et cinéma, 1965-1988.

Ah, et tiens : « Rushdie et compagnie : préalables à une anthropologie du blasphème », dans Ethnologie française, vol. 22, no 3 (1 p.), 1992, p. 251-260.

Et puis Algérie, 1962-1964 : essais d’anthropologie politique, Saint-Denis, Bouchène, 2005 (Collection Intérieurs du Maghreb).

Sûrement : Jeux d’ombres sur la scène de l’ONU : droits humains et laïcité, Paris, L’Olivier, 2010.

 

Mais aussi note, qui me laisse interrogative – il s’agit de l’épistémologie de la crise ; crise et critique :

J’ai d’abord fait de la philosophie pour être au-dessus et chercher une vérité ultime, et puis je me suis dit non, il faut aller tout en vas, là où ça grouille, là où ça crise. Alors que les ethnologues cherchent à dégager des structures intemporelles ou de très lentes mutations, je me suis toujours intéressée, sans doute parce que je suis moi-même issue d’une société en crise,  à des situations de crise ouverte, qu’il s’agisse de la sorcellerie ou du blasphème. A l’occasion d’une crise, tous les rapports de force apparaissent. Et tout le monde est obligé de changer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.