Classique et critique | lettres et sciences sociales

L’humeur classique, au moins en lecture contemporaine radically after the fray (aussi décapée que la statuaire blanchie) : notablement dé-tragédiée, anthropologique je suppose simplement, mais peut-être aussi pré-moderne, avant les luttes et la critique. Sans doute la structure du pouvoir dans les Antiquités ne permettait pas même d’imaginer une participation agonistique aux luttes – not for some pleb like me and my congenerates.

Christian Jacob raconte de splendides histoires, euphorisantes, de conditions (d’invention) du travail savant à Alexandrie, pour commencer. Les humeurs néoclassiques des classicismes et seuil de l’Augustan Age anglais, humoristiques, copieuses et satiriques, surchargées de références d’entre-soi lettré. Même si la méditation sur les grandes dynamiques du pouvoir, plus tard Decline and Fall, (1776-1788). Le pouvoir encore dans les mains des militaires et du palais ; de la taxation impériale.

D’où une comédie de reprendre le classique maintenant – OTSOG, l’intempestif est aussi un refuge, pause, parachronie. Dans les lettres, aux bords de la science sociale – née de la démocratie rattrapée par les divisions de classes.
Exit. 1959. Mais le sens de cette sortie de route à tenir indissocié de la combinaison de départ : formation sociologique, par l’histoire discursive de la sciences moderne émergente en Angleterre. Royal Society model.



Citer ce billet
Claire Joubert (2022, 21 août). Classique et critique | lettres et sciences sociales. Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9xm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search