Le corps du savoir : C. Jacob, l’incorporation

Je comprends mieux (dans le chapitre “Mais où est passé Socrate ?”, soit : qu’a-t-il fait de son corps dans ce temps de solitude et contemplation, arrêt, tandis que l’assemblée partait s’installer pour le banquet après concours de poésie, 116) ce qu’il en du corps dans la construction historique de C. Jacob : il dit plus précisément “incorporation” ; la question est celle de la transmission des savoirs, et d’une conception matérialiste de cette transmission, anthropologique (nécessaire, par la distance structurelle de l’hellénistique) et sociologique – habitus, incorporation au sens de Bourdieu, savoir-faire, et alors en effet “intelligence de la main”. Ouf.

Insister à intégrer dans la perception de la translatio studiorum la part de la translatio librorum (99), par exemple.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search