Merton classique

Oops definitely a step back on adhésion with Merton, this morning, as I peruse Sztompka on Merton’s framework for “science” and its autonomy amongst other institutions of society.

Good suggestion, by Sztompka (1986 mind you), to think of Merton as a classicist. He suggests, p. 4 (Robert K Merton, An Intellectual Profile), 4 “pervasive leitmotifs”, “a classicist theme, a cognitivist theme, a structuralist theme, and an ironic theme”. Shows up things indeed.

Une libido sciendi classique, donc. Jeux et “joy” (Sztompka p. 52) concernant l’autorité ; une sociologie de l’autorité, devant d’autres alternatives comme celles de la domination, ou de l’hégémonie. L’ironie a dans ce cas un goût de tragi-comédie, qui convient aux conditions d’émergence de la modernité dans les absolutismes modernes du 17e. La critique ficelée dans l’ordre social monarchique, ses pratiques de corrosion, entre Swift et Voltaire – et les Puritains, quelle place exactement alors Merton leur donne -t-il ? A revoir 💬.

La “science moderne” comme modèle de “la science” pour cette sociologie – “moderne” ici est indexé au 17e. Avec un effet de cognitivisme ? Et autres implications ? 💬

La critique que Merton, ouverte et contenue à la fois dans l’attention à la dysfunction dans le fonctionnalisme. Contradictions, conflits, surprises (intempestivités, justement). Il décline ça jusqu’à la déviance et l’anomie. Interestingly spelled in English as anomie.

Ce qui permet de forcer l’attention vers : qu’est-ce qu’une libido historique ? Où les chemins divergents dans le comique des idées ?

La science est sociale : les options commencent quand on a posé ce tremplin commun. Les sociologies commencent. Même si la contribution déterminante de Merton est la réarticulation de la sociologie de la connaissance (qui n’en est pas exactement une, selon sa critique – mais une “philosophie”, une “épistémologie”) en la pionnière sociologie de la science, empirique et objectivante.

Quelque chose se joue au noyau, en tout cas, de la pensée du social dans la lettre, les lettres, les discours, le langage, les langues. Ici travail de poétique ordinaire, à faire avec précision, et sans ciller devant l’aura, ni la latitude de l’humour et de l’estime.

Bien toujours les lettres comme échappatoire, joker, esthétisme, refuge dans le jeu  rhétorique. Ce soupçon, qu’il y a à suivre, comme direction pour l’analyse (et non bien sur son résultat, déjà acquis avant de partir.) Valeur classique des lettres. Mises en valeur comme telles.

Dernière remarque d’escalier : il y a un pathos dans OTSOG.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search