My family and the family of nations : monarchy

Premier discours du roi Charles III à la télévision. Un repère rapidement, limite et touch-paper de la monarchie : mettre dans la même phrase, dans la foulée rhétorique et idéologique (le ton étant compassé, et pensant passer pour le consensus de la charité, pitié), le sorrow de “my family and of the family of nations“. Ah ben non. The strikingly odd, que fait la famille ici. Le ton est donc familialiste, patrimonial et patriarcal malgré Elizabeth si longtemps.

Je trouve drôle et agréable d’observer les réactions minimales, indifférence tranquille, de la famille M dont je partage l’histoire. Un échange seul : “And the footy’s off / “Quite right too (female, younger generation, 30s now I imagine) / “This isn’t the 18th century.” (my generation and male, 60s probably) / “Well I liked the Queen and thin it’s very sad”. A catholic family, with a pious elder generation (now 100, and directly congratulated by the Queen in April for it), and a marked Irish ascendency.

La seule émotion que j’ai croisée, au moment où le discours thématise beaucoup l’émotion publique (oh dear) : entendu rapporté aux 6 o’clock News de Radio 4 hier le (premier pour moi) entonné de God Save the King. Je suis touchée dans la langue, l’histoire est là et moi point d’aiguille dedans in the midst, and as a guest too : typical.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search