Pouvoirs de la traduction

Ce que j’apprends à suivre ALM :

. le choc de me rendre compte de la complaisance d’enseignant, avec l’attention à l’expérience de l’étranger bien fixée à celle que je peux faire faire, et en oubliant celle que j’ai à faire. (Exactement une situation de pouvoir : faire faire.)  Me mettre, me soumettre, à la traduction. Me faire déplacer. Dieu sait que, déjà. Mais encore toute la dimension devant, à, ouverte.

Ce n’est pas la première fois que la traduction me prend à défaut, comme enseignante – butée lors d’un cours sur  Beckett et l’étranger, et découverte autant jubilatoire que humbling que la séparation des langues est égale à la séparation des poèmes : le l’est de l’histoire fait la différence dans les fluidités observées. Inséparation commune, « transmission » pour Saussure.

 

. l’inventivité d’AL, à base entre autres de performative politics. Inventer sculpter des espaces interstices, des plans traversiers d’énonciation, coupés dans l’épaisseur des jeux de langage institués. Third spaces exactly. Un situationnisme, tiens.



Citer ce billet
Claire Joubert (2017, 4 novembre). Pouvoirs de la traduction. Ce que fait un angliciste. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9gd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search