Moral culture of “victimhood”

In Erehwon : Campbell & Manning, m’emmènent dans une démonstration inattendue, à la quelle je me fie volontiers le temps d’encore 200 p. or so. Qu’il y a des cultures morales, typifiées autour des trois modèles honneur, dignité, victimhood (propos de type Elias, sur le privé et le public, et l’évolution historique qui fait basculer de l’un à l’autre dans le cours de la modernité européenne, par ex. (ou par excellence, ou par… eurocentrisme malgré les considérations comparatistes, assez exotiques peut-être).

Toute anthropologie, toute sociologie, propose les légitimités de ces légitimités, et certainement dé-moralise l’approche. Mais on reste estomaqué, le temps de cette longue lente conversion, aussi attentive qu’elle soit. Comprendre, reconstituer les logiques, et leurs coordonnées dans l’histoire sociale, passionnant : et il reste le hoquet, des heurts de cultures morales. Que fait-on des différences de cultures morales ? Outrage, conflit, eux-mêmes sont instances de deux faces contrastées d’une signification morale.

Je juge quand même à tout va, sentiment moral bousculé dans tout ça, passage de génération culturelle, et profondément politique. Choquée, perplexe, décontenancée mais aussi déplacée : un statut ébranlé. Heureux que la curiosité critique, dans le cambouis du comment historique, soit aussi éveillée. Merci aux sociologues ici, de frayer des voies et proposer des cadres, sur lesquels s’essayer à passer. Comprendre, et se retrouver, se replacer. En senior, sujet balloté dans l’histoire, parfois dans l’humeur des interesting times. Souvent moins.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search