Moralisation néolibérale : tropes de l’emploi et de la formation (scientifiques)

“Les docteurs ès sciences prêtent désormais aussi serment“, chronique du Monde le 13 septembre 2022. On moralise : c’est faire porter sur les individus, au titre d’effort volontaire et de mise en jeu de leur respectabilité, la responsabilité, la charge légale, des choix politiques libéraux. Ou d’économie politique.

L’article le note, contrairement au modèle des médecins, les sciences ne sont pas organisées en ordre, et ne sont pas des professions libérales. Ni publiques, ni privées.

On propose aussi plus récemment (journal FCulture ce matin) de prolonger l’internat d’un an, de 3 à 4 ans, pour envoyer pratiquer les praticiens étudiants dans “les déserts médicaux”. Ici on emploie la formule “stagiaire” des politiques de l’emploi du temps – trope des précarisations pour les individus et des dérégulations pour les structures sociales instituées, publiques et nationales. On touche à cette occasion encore une fois aux générations jeunes : on pompe de ce côté. Contre-investissement. Ressource imaginaire, spéculative, calculée : futures.

These are formulas of the current politics of knowledge. Something. Politique de la formation, et de la professionnalisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search