Autonomie/démocratie, pragmatique, langues

Si on cherche et fouille dans les possibilités de l’autonomie dans les coordonnées contemporaine, si le travail politique cherche du côté des modèles réinventables du commun, de la commune, de la démocratie plus radiacle que la représentative : alors il faut rapporter les constructions et « propositions » (trope théorique, et soin pragmatique, dans Commun, Dardot et Laval) des options de la fédération à la question de l’étranger.

D’abord parce que la « participation » la « délibération » (étrange parti pris conceptuel ici peut-être ?) se fait dans les conditions du discours : chargées des lests répartis en configurations de pouvoir dans les partages de l’énonciation. Il y a des préhistoires énonciatives, dont il faut compter l’inertie (mais aussi le volant, oui sans doute). Mais aussi parce qu’il y a les langues, dans le langage, et donc dans toute équation proposée pour une pragmatique du politique et du social.

On ne peut donc pas quitter la question avant d’avoir pris en compte, tant qu’on en est à dissoudre la souveraineté par exemple, la physique propre à la différence des langues – inertie de longues histoires discursives (y compris histoires bilatérales des rapports entre langues)  ; et volant ou force d’accéleration dans l’embrayage de la traduction.

Et la différence des situations, structurelle, dans le système-monde à révolutionner. Passer, par exemple, par la réalité récente de la révolution dans les pays arabes.

 

D’où attendre en particulier les « propositions » 8 et 9 (457) :

Nous établirons enfin la nécessité d’instituer les communs mondiaux … et, à cette fin, d’inventer la fédération des communs … .


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.