Corps néolibéraux – nexus de valeurs

Je pense que c’est depuis la journée de doctoriales de septembre (TransCrit) que ce thème me circule en tête : en effet, des thématiques du corps sont en discussion, sont émergées, prennent forme en réseaux, sous différentes expressions qui peuvent peut-être être rassemblées, significatives. Des phénoménologies nouvelles, autres générations que celles avec lesquelles je me suis formée ; de nouvelles dimensions des enjeux de corps, de vivant, de matière, de nature – ici très évidentes et urgentes. Il devient intéressant d’essayer de les prendre ensemble – ce qui permet comme toujours de travailler par rapports plutôt que frontalement les yeux dans les yeux avec quelque essence.

Affect theory, Sarah Ahmed et une phénoménologie singulière ; homo sacer et vie nue déjà canoniques ; care, vulnérabilité, hurt & hurt feelings (/ “snowflakes” et “crybabies” / “crybullies” : ceci écrit en terminant Campbell et Manning), trauma, emotions ; anxiété & stress & (mental) health epidemics ; industrie du self-help, self-fashioning façonnage psy et RH (terme critiques fournis par Eva Illouz ici ; “Plutôt crever que de faire du yoga”, Cher Connard, Despentes) ; pôles résistants aux dématérialisations industrielles et numériques ; bio, éco-critique et éco-féminismes ; transhumanisme et les drames du embodiment (Hayles). Matérialismes : options contemporaines ; spécificité du rapport du thème corps aux thèmes matérialistes même. Anthropocène. Sexualités.

Le corps classiquement pôle de résistance, alternative, contestation, de “the prison-house of language” et de l’ultra-symbolisme, comme des matérialisations mortelles et pathologiques des puissances, toute forme économique (industrie, travail : au sens étymologique plein) ou politique (guerre…). Le corps, philosophiquement, comme reste. Lieu toujours disponible, la place ayant été si longuement creusée, préparée, traditionnée, un humus si riche et cultivable, pour métaphoriser, incarner, le reste. (Qui a sa fonction de dêmos. C’est donc sur ce plan commun que les distinctions sont à chercher : fétichisations du reste ou reste ressource du dêmos. Car rien de mieux pour l’humain – l’humain commun actuel disons, je n’irai pas regarder plus loin pour le moment – que le corps pour inscription du fétiche.)

Voir donc les dispositions (rythmes) des fronts : blocs concaténation de pouvoir (incorporations, Colonie pénitentiaire) et lieux du reste.

Même dynamique avec l’éthique – elle aussi source de tous les restes (du politique), et réservoir majeur pour les fétichisations en morale, cristallisation crispation, métaphysiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search