Devenirs du langage : national à numérique

Combien la centralité du langage, dans la reconstruction culturelle d’après-guerre, dépend des nécessités reconstructives en effet mais aussi des exigences matérielles de la guerre-froide. Il faudra voir aussi comment ces dynamiques s’expriment sans doute aussi dans les versants décolonisation de la même période. Générations du langage.

Qui n’est plus – la démarque est justement lisible, donnée historiquement – la ligne d’enjeux du langage du temps philologique qui atteint point d’orgue avec Saussure (disons – ici évidemment mon point de vue mon affaire). Le XIXe puis la Modernité, enjeux langagier du national, comme modernité politique – développements donc de la démocratie libérale. Le XXe, enjeux langagiers de la guerre froide : de quel nouvel ordre exactement ? Un nouvel état du capitalisme, certes. Which exactly? Le langage comme cryptage, logique de l’espionnage, et du code – celle de l’ordinateur. Avec les philosophies formelles de la logique (Carnap engagé dans l’histoire, selon Thierry Poibeau) et linguistiques formelles, Chomsky.
Industrialisation du langage, au-delà de son instrumentalisation militaire ?

Un devenir autre que le régime culturel qui était celui des capitalismes coloniaux. Il s’agit de saisir cette nouvelle logique, nouveaux usages. A ces tournants. Qui amènent aux logiques contemporaines si hypertextuées, couches multipliées de reproblématisations du langage, du culturel, du sens, des médiations – où on aboutit avec la numérisation.

Thierry Poibeau, dans Babel 2.0, Où va la traduction, 2019, semble partir sur un ton pragma-empirique, attendu d’un “spécialiste du traitement automatique des langues, un domaine de recherche à la frontière de la linguistique et de l’informatique” (4e de couv), mais introduit nécessairement, dans son projet de manuel même, les éléments historiques qui ancrent dans les processus matériels et sociaux : flux de financement, géographies (de guerre froide) des centres et initiatives de recherche, logiques université-production industrielle, nouveaux couplages forts entre langage et ordinateur, nouvelles “théories du langage” dans-le-monde (is this a new & context-specific dimension?). Donne à réfléchir aux agrégations historiques qui se désarticulent – réarticulent dans ces temps de passage et de formation. Les années 1950, avec centre aux US : dans les organisations nationales de défense et leur rayonnement budgétaire, les universités, les IBM Rand MIT. Et décentre, pôle de pression opposé, URSS et “pays frères”.

*

Ceci donnera par exemple à relire, recontextualiser, le travail de Roman Jakobson, entre URSS et US for one (sitting on that fracture line, having stopped over with Prague), et entre communication et poétique : un positionnement épineux, délicat, fin donc, dans un champ méchamment balisé par des forces idéologiques impressionnantes, le modèle de la communication de Shannon, Wiener en fond d’alliance, et al. Tout l’enjeu de la communication, dans les débats des structuralismes dont ceux de France, 50s-60s, où Barthes devra aussi se placer (et se déplacer). L’ordinateur, fond des décennies de Théorie – comme noté par Deleuze, par … ? qui encore déjà ? Debray sans doute, 💬



Citer ce billet
Claire Joubert (2022, 24 octobre). Devenirs du langage : national à numérique. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9y9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search