RH et identité – subjectivités néolibérales suite

Il y a à examiner l’équation : capital humain / identités atomisées. Logique des sujets ressources humaines, et logiques militantes (there’s a point : militantes, ou requérantes, interpellantes, challenging, nature des mots d’ordre exactement, à cerner) des positions de genre, sexualité, ethnicité, ability, âge, toutes gradations de statut. “Stock de ressources privées” – puis on s’éloigne parce qu’on passe la barrière politico-économique – “duquel (chacun) pourra tirer dans le futur des profits individuels à la fois monétaires – en augmentant ses revenus – et non monétaires – en accroissant son niveau de bien-être.” (De quoi, 72).

Olivier Roy (encore à entamer), sur les identités ; ce matin le chapitre “Éduquer”, après celui dédié à “Se soigner”, dans De quoi avons-nous vraiment besoin, Économistes atterrés, LLL 2022. Le chapitre part sur une déclaration pédagogique basique, il s’agit d’un pamphlet et lettre de programme : “L’éducation peut être envisagée selon deux points de vue différents, voir opposés. Elle peut être vue comme le moyen d’accumuler du capital humain … ou comme le moyen d’exercer un droit à l’émancipation.” Qui a le mérite de dire tout haut ce qui oriente beaucoup effectivement dans le champ. Poser ça.

Capital d’identité. Capital privé – ou le privé, hors capital directement. Voir 👉

Autre dimension (voir comment celle-ci est intriquée dans l’autre) : le sujet auto-entrepreneur de lui-même (72) : de sa formation (études) — de son identité, alors ? (“Choix”, bien sélectionnable ?)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search