Bullshit knowledge – désavoirs contemporains

Tiens en effet : les économistes “attérés” mobilisés dans un petit projet vulgarisateur De quoi avons-nous vraiment besoin ? (LLL, 2022), rappellent que la logique capitaliste contemporaine (et classique) influe sur la qualité des produits et biens puisque logique de capture et transformation de valeur : une marchandisation du savoir modèle de même la qualité des savoirs qui sont orientés, choisis, pompés, encouragés, en enfouissant en parallèle les savoirs qui ne se plient pas dans cette logique (et sont alors à affaiblir, invisibiliser, négliger et substituer). Diplômes plutôt que savoirs, et certification plutôt que diplôme ; compétences plutôt que formation, on sait.

Il y a donc en effet, comme il y a des bullshit jobs (Graeber), des bullshit academic products (plus remarquables dans des productions d’ailleurs qui restent en littérature grise, projets et dossiers divers, soumis à un régime de lecture propre, d’une transitivité très particulière, plutôt qu’en publications soit travaux et diffusés, scientifiques au sens simple de Merton). Bullshit knowledges.

C’est une configuration un peu différente des produits culturels des ères coloniales, par exemple. Ou industrielles ? Dans ces deux cas (et encore dans celui de l’enseignement pour les filles et femmes), on a produit des savoirs de containment culturel. Des désavoirs. Il serait possible (et déjà largement fait, même, une bibliographie entière et déjà variée selon une diversité de milieux objets, doit être disponible et/ou émergeable).

Voir alors comment ça se regarde avec des perspectives du type “la fabrique du crétin”.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search