Pan sur le nez : 30 years into philology

Le travail, cumulé maintenant sur 30 ans, n’a cessé de me faire élargir l’horizon des objets, élargissement encore multiplié par la différence des langues – je ne prends qu’elle, pour dynamique emblématique (car incontournable, butée toujours salutaire, surprenante et vive, ah -) de l’infinité des discours. Simplement : du discours.

Il y a une euphorie de cette déprise régulière, et encore surprenante. Càd instructive, précisément. Produit de la recherche et de la critique quotidienne, pédestre.

Et puis la face plus vexatoire de l’ironie du discours. Aïe les places de discours des uns et des autres. Les intérêts de discours. Épisode hier d’une déception, la position d’un interlocuteur sur sa pratique de traducteur, et la butée sur une interlocution bifurquée : non pas bloquée, mais possible dans son propre régime. C’est l’état culturel. (nb : les ressources vis à vis du langage et de ses métiers sont violemment inégales, illustration inattendue ici, et j’aurais dû l’attendre.)

Donc oui, commentaire : plus le langage s’ouvre, plus je suis petite. Émotion ambivalente, qui est un résultat (“de recherche”, “output” and “delivered deliverable” !) bien inattendu – sans doute d’une plus grande force : euphorie de la précision, et du savoir ; Minima Euphoria narcissique. Ce n’est pas exactement le comique (de Schlanger, qui a son assurance, épatante).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search