Je ne sais pas à qui je parle – état culturel

Voilà, un cœur. Expérience individuelle, idiosyncrasique, mais aussi sociale, dans une évolution sociale : j’essaie de naviguer entre ces deux pôles d’explication, de sociologie en psychologie, négociant la responsabilité et la contrainte des deux côtés.

Par les deux côtés, est en jeu une question de culture et d’institution de savoir ; presque d’institutionnalisation savante du biographique, du subjectif. Surmoi scolaire projeté sur le familial. Aussi, les devenirs de l’école, de l’université, du livre et de la visibilité légitimité institutions sociales du langage, ont affecté profondément, les choses ayant été fort secouées de réforme en réforme en révolution médiatique en réarticulation culturelle dans les 40 années écoulées.

Écrire ? Enseigner me donne des interlocuteurs, et des situations pratiques que j’explore et pratique, navigue, avec curiosité culturelle attentive (et émotive), et apprentissage continu. J’y ai une activité, et une créativité régulière, une action, minimale, de fond, suivie, construite. (Certains retours d’étudiants, en particulier jeunes hommes africains à faible ressource de formation, dans certains cas à conditions matérielles dures, qui semblent pour autant en situation de prendre la parole à ce propos, enjambement de pouvoir culturel intéressant, me confortent. Quelques.)

Une question d’écriture, qu’on peut explorer par-dans l’écriture, comme d’autres questions (par ex Akhmatova, écrire pour comprendre) : à qui on écrit, qu’est-ce qu’une lectreurice, qu’est-ce que c’est qu’écrire sans notion de public, sans horizon de communication. Pour explorer, dont pour explorer l’interface, pleine, vide ou inattendue, avec la lecture. L’état culturel de lectorat ; pas seulement dans sa “réalité” extérieure mais dans sa projection chez l’écrivant, changeant dans l’expérience d’une culture changeante. Écriture sans horizon de lecture ? – du mal à saisir, j’y reviendrai j’espère 💬

Qu’est-ce que la prétention d’écrire à un public ? De devenir public, chercher publication ? Une participation culturelle, réponse, implication, désir de réarticulation à : oui. Dans Anon. même. (Je pense à cette entreprise sympathique, Arlette Camion, Les Temps ont changé, que “toute” la génération – de ma classe, elle a été MCF et agrégée d’allemand – aurait pu entreprendre : parler, en répertoire de Mythologies élégiaques, des objets culturels disparus au cours de sa vie. C’est elle qui l’a entreprise, dans cette forme, avec charme, bien fait.)

Je sais, par contre – “sais”, càd suis sûre de moi – ce dont il y a a parler, sur quoi écrire, enseigner, chercher, étudier, historiciser. Ferme et clair là-dessus. Où et avec qui conduire ces travaux ? D’où : qu’est-ce que c’est que cette question ?


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Baneth dit :

    il y a toujours une lectrice à l’horizon pourtant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search