Conditions sociales du dire – #MeToo, post-truth,

Des régimes d’énonciation, qui caractérisent des situations historiques, on peut dire peut-être politiques. Sociales en tout cas. L’immense pan ouvert et révélé depuis 2017 par #MeToo, qu’Irène Théry présente par la mise en question première : regarder à deux fois ce que signifie la “libération de la parole“.

En analogie aussi, mais à suivre évidemment sur son propre plan, propres logiques sociales, les cohérences entre les deux étant très lointaines dans l’avenir d’une réflexion possible : tout le noeud, après multiples twists and turns and whole multi-orchestrated and confused campaigns, de post-truth, fake, etc., activant tous (on pourrait croire ! Et l’invention continue) les possibles du First Amendment, et par prolongements complexes les zones de l’ academic freedom.

Irène Théry, Moi aussi, p. 14 :

ce qu’il y avait d’étrange chez moi a éviter soigneusement de raconter mon histoire tout en expliquant, par exemple dans la tribune publiée dans Le Monde, que la grande affaire de #MeToo était justement de rendre publiques des expériences longuement reléguées dans l’ombre du privé le plus secret, afin de reconnaître dans toute son ampleur la dimension sociale de l’enjeu.

Ici, une question incisive de l’énonciation. Sujet et société. Privé et public, pour commencer -et public et social ; citoyenneté et relation sociale. Question pour laquelle il faut parler avec la pensée libérale, et ses références.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search