Peuples du genre – civilité sexuelle

Irène Théry sur #MeToo en France, et Vanessa Springora en particulier. L’assurance et la clarté avec laquelle, forte de son sillage de réflexion et d’écriture, elle pose les termes, prend les questions, les notions, place les espaces sémantiques ou plus encore tire les traits signifiants. “Qualifications pénales, incriminations, civilité“. Cisèlement, évidemment, du langage du droit. C’est aussi celui de la perspective libérale, politiste. (IT se pose nettement devant la catégorie sexe, sexuel, rapports des sexes.) Qui a ses qualités, et pour qualité majeure pour mon usage, ses enseignements quant à un point de vue dont je suis structurellement ignorante, toujours encore.

Deux relais de socialisation sont à l’œuvre, énonciations du peuple, et sont remis en lumière car remis en question, dans #MeToo : je privé s’énonce en je civil, càd collectif, public et social-à demande-politique. Et : ces je mis en chaîne signifiante (ici Laclau, association de peuple) forment et demandent à former une civilité, “pour tout le monde“. Moi aussi, p. 27 : “on pense en France que l’enjeu de #MeToo est uniquement l’écoute de la souffrance des victimes et la répression des violences sexuelles, alors qu’en réalité le mouvement participe aussi d’une transformation différente et bien plus vaste : recomposer la distinction entre le permis et l’interdit et contribuer à établie des nouvelles références et valeurs communes, de nouvelles mœurs, en un mot une nouvelle civilité sexuelle, pour tout le monde.”

Recentrage systémique, par la pression d’un dêmos.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search