Irène Théry maussienne – le civique devant le victimaire

Irène Théry sur “une redéfinition du mariage lui-même” (et tout ce qui est appelé à changer en système, dans les transformations actuelles de sexualités, genre et famille), de même que Campbell et Manning dans The Rise of Victimhood Culture (2018) : prennent appui sur un account des nouvelles tensions nouvelles expressions et leurs effets de division ou même polarisation méthodologiquement similaire : explication par la transformation d’une culture. Et les affres, malentendus créant des fissures abîmes de dissensions, conflits, éclats, d’une période de transition.

Il y a aussi à rendre compte des motivations de cette histoire, ces métamorphoses systématiques, ces ruptures d’équilibre (si tant est, que des équilibres auraient pu être observables – même si on se met à cette écoute, l’oreille sur le rail de l’histoire, on peut sans doute aller jusqu’à l’historicité première, sans étonnement). Transition de blocs historiques. Lequel en cours. Je l’appelle, ces temps-ci, “subjectivités néolibérales”. Et je regarde Théry, Campbell et Manning, Eva Illouz et al. poser leurs cadres et saisir par eux des phénomènes sémantisés.

Je vois ici, par exemple, I Théry s’appliquer avec précision (une simplicité d’élocution montre la maturité conceptuelle et scientifique, sociologique) à poser à distance ce qu’elle appelle le “naturel”, et que je comprends du côté des logiques de “droits humains“, vs droits civiques. “Univers social“, dit-elle, posé devant, en distinction de, “univers naturel“. Qui n’est pas non plus l’univers du privé : car le privé est le résultat construit d’ “un tout” (p. 25) structurel, “relationnel” dit-elle (réf à Mauss) et non le naturel d’un sujet trouvé. A l’univers “naturel”, elle associe la question de la “victimisation“, c’est son lieu – l’autre lieu (autre spatialisation), social et relationnel, fonctionnant en tout de “l’institution de la vie humaine” (p. 29), est le seul milieu d’expression du “privécomme catégorie du social. Co-construit avec le public le civique et le politique : démocratie libérale.

Il s’agit donc d’une critique, libérale en méthodologie, des modèles de subjectivités qui viennent. Qui demandent, poussent, établissent leurs mots d’ordre normatifs, revendiquent leurs inscriptions culturelles et civiques, législatives.

Le rapport entre subjectivités néolibérales et le victimaire. Une facette. Qu’on a vu d’introduire dans le discours public au moment des énonciations de N Sarkozy. (Mots clés stratégiques évidemment, en l’occurrence contextuelle. Complexité énonciative casse-tête et instructive, formatrice pour la critique.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search