I. Théry : périodisations de la modernité sexuelle

Wow avec seulement deux jours et 40 pages de découverte d’Irene Théry, tout l’ajustement, le recentrage, et le repère appris et immédiatement approprié à mes vocabulaire, fils de théorisation en poétique, corpus de référence en histoire culturelle (et donc coloniale).

I. Théry, “la nouvelle civilité sexuelle du consentement” : avec une mise en relief de la “voix” à laquelle que je évidemment tout de suite sensible (elle m’intrigue comme horizon et grand possible, seulement, pour le moment, il faudra en voir les forces d’ouverture et reconnexion) – que l’histoire de (la lente progression de) l’égalité des sexes soit celle de la mise en place d’une relation d’interlocution, les femmes interlocutrices, énonciatrices pleinement et également, “des personnes dont la voix compte” (37).

Et les temps de transition auxquels elle s’attache dans le livre, et par lesquelles elle le structure : pas comme je me demandais d’abord en entendant son entretien avec A Garapon  (FCulture, Esprit de justice) des épisodes choisis, mais une périodisation complète dans la France de la modernité : temps de Early modern, XVIe (roi / pape) et première “sécularisation du mariage” (36) ; “modernité individualiste et démocratique de la Révolution” (Rousseau en repère, et contenu dans le patriarcat de la modernité bientôt industrielle et coloniale (Code Napoléon) ; “postmodernisme” (il faut le poser, voir ensuite son contenu s’agréger sous les yeux de la relecture) égalitaire des féministes des 70s et de ceux de #MeToo (début, situé sur une marge, ou au moins en un centre autre que l’actuel, en France certainement, en 2007), contraception, “révolution sexuelle”, IVG, et alors l’introduction (autant que…) de l’homosexualité dans le cercle de la légitimité.

Ce troisième âge est donc : ? Encore à cerner, en cours de formation même, d’abord. S’il pousse à partir des 1920s, pics autour de 1968, flambée actuelle à partir de 2007 (mais les mouvements de fond, réarticulations sociales et législatives de la famille et du mariage). Quel temps est-ce, quelle période ? Temps de l’égalité des sexes. Pris dans quel bloc historique de contemporanéité ? Capitalisme à multiples escalades dans ce temps, décolonisation, multipolarisation du monde… c’est tout ce qu’il y a à voir, calculer les ramifications et les logiques systémiques. Histoire de la socialisation du libéralisme, et ses formes contraires de libéralisation post-communistes et mondialisées.

Ce qui est pénétrant ici est le rôle que joue dans cette histoire, l’attention à ce rôle (et les outils inventés pour développer cette attention), le rapport privé / civique. L’organisation du partage social entre individu et social. Base problématisante, cadre de questionnement, qui appartient précisément au libéralisme (, à l’invention longue de la liberté, avec toutes ses zones d’ombre et d’exclusion, scotomisation, refoulé … IT a des termes maussiens assurés pour saisir ces doublets). Toute la question historique est celle des communismes – socialismes comme opposition et limite au libéralisme, et des limites d’autres nature également exprimées pendant et/ou après le désamorçage des socialismes (conservatismes, passages au moral, aux valeurs pleines, etc.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search