D’eau fraîche : essai, Mona Chollet, publication

Mona Chollet. L’essai, espace – où méditer sur les possibilités et les pouvoirs de l’essai. Génériquement, il semble, si on part par Montaigne, Woolf, Adorno et al. Voir.

Mais aussi – l’essai dans ses efforts de situation culturelle, distance, singularité ; et insertion, introduction. Dans le publiable et le publié.

L’essai, dans le cas de Mona Chollet qui a derrière elle une série d’essai appréciés (et une participation au Diplo qui a apporté sa part réelle de légitimation aussi), et se trouve ici invitée à concevoir un livre, essai et “traverse”, chez Flammarion, D’images et d’eau fraîche (2022) : le vraisemblable éditorial ; et ses sculptures. Ses façonnages.

La naïveté, disons ; son exploration délibérée, avec et sans autocensure, dite dans “d’eau fraîche”. Naturalité : index, souvent, de zones culturelles mal dicibles mal arpentées, para-visibles para-légitimes. A native state.

Que ce texte, cette exploration par l’écriture, soit adressée à un public (existant déjà, l’auteur l’évoque directement, comme un état de la parole, de l’œuvre) : un tel je, si je, conçu et autopermis de valeur pour le/un public. Puisqu’il. Et que “le public“, des acteurs de la publication (situés, à situer, of course), invite à cette prise de parole – cet échange imaginable, plausible, commerçable même.

Je suis choquée, et légèrement charmée, je me glisse dans le jeu bien sûr. Et me joins aux questions en volutes, de l’essai comme de l’image : libre, partiellement, momentanément, de dialectique.

Enfin je joins ici, bien évidemment, une photo.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search