Rodinson : récit de l’Islam, tissage du savoir

Vraiment le Mahomet de Rodinson qui me donne un plancher sûr. Sans doute par sa présentation structurellement articulée de l’invention idéologique (religieuse), de la formation communautaire, et de la construction politique. Avec les ingrédients narratifs – vertu épistémologique du narratif toujours surprenante – du personnage (personnage conceptuel possible alors), du récit de vie, des mobilisations des empires.

Il faut noter que les travaux depuis ont apporté nouvelles matières et nouvelles perspectives, des lectures me préviennent ; donc précaution.

Le temps et la masse qu’il faut pour que le tissu des connexions et des lectures passent un seuil critique et fassent basculer vers une aisance de travail. A garder toujours mobile : les sottises par ignorance, connexions fausses, synthèses aveugles, toujours inévitables. Tisser toujours, plus.

Je crois avoir noté ici que le modèle des années de travail sur l’Inde me sert de mesure, à la fois pour ses équivalences sur d’autres terrains (histoire noire, Islam maintenant) et pour les différences : prévention quant aux erreurs par spéculation mais aussi acquis pratique sur la gestion du savoir partiel et sur le tissage des mailles de savoir, connecté toujours plus et donc toujours plus justement. Même si cette amélioration se fait en croisssance ralentissante, dans la dimension du fin ; celle de la complexité. C’est un volume rentré. En épaisseur et en réseau. Articulation.

Ce qui n’aide à l’explication que bien lentement : le temps que les synthèses tombent à leur degré d’évidence.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search