Irène Théry – sillages de la “civilité”

La couverture si large des phénomènes, enjeux, débats : ce que je retiendrai de plus nourrissant dans Moi aussi. Et la prise par l’histoire du droit ; l’historicisation du droit, et le droit comme lieu d’inscription institutionnel, en relation inertique, en friction sur tous les bords, des “mœurs” (la référence est à Montesquieu). L’inflexibilité, la trace ferme de l’inscription propre, du droit. Et ses périmètres nationaux. Près de 400 pages d’examen, qui circule dans les aspects, expressions, considérations de récits théoriques. Et implique une bibliographie vaste, activité d’analyse collective dynamique, que je ne connaissais pas. D’autant plus sur ces versants intellectuels, critiques. Zones du Débat.

La profession de foi libérale, qui prend Mauss et Castoriadis sur des voies démocratiques tocquevilliennes : d’accord. Examinons longuement. Les plausibilités narratives-théoriques, les élucidations acquises et bien notées ; puis le questionnement sur les restes – poussées de dêmos -, justement ouvert.

Les propositions de prise critique sur les “courants identitaires” “radicaux”. Critique de “la domination“.



Citer ce billet
Claire Joubert (2022, 22 décembre). Irène Théry – sillages de la “civilité” Ce que fait un angliciste. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9yx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search