Énonciation de l’islam/Islam

Passionnant d’entrer dans l’histoire des inventions politiques, sociales, idéologiques, culturelles, de la modernité que constitue l’islam/Islam en Arabie puis dans ses extensions territoriales transculturelles. Séquence historique majeure de l’invention énonciative de peuple.

Former transformer une « communauté ». Et toute la/les traditions intellectuelles de sa conceptualisation.

L’énonciation du Message, de la Révélation et de la Récitation (psalmodie, si je comprends bien, « dis », « lis » – ici la psalmodie peut-être plus précisément). Celle des actes de traditionalisation : vulgate du Coran, corpus (multiple et divergent) des hadiths, techniques pour le fiqh, et maintenant centre d’intérêt : la sunna (pratique, pratiques, qu’il a fallu aller collecter dans les villes, ethno-sociographiquement). Intensité historique de cette phase de construction symbolique et philologique, avec ses disciplines (dont une exégèse, une herméneutique, une logique et une grammaire, nécessairement). Travail du siècle des Omeyyades, et 8e, 9e, (10e) siècles.

Evolution de la notion de hadith, et plus encore de celle de sunna – débats actifs avec ses « partisans du hadith » et « partisans de la sunna », largement avant la valorisation de la sunna du Prophète, apparition du principe de l’exemplarité (celle que vient étudier C Geertz, en contraste avec la logique de la baraka, est-ce bien ça ?, sur Maroc rigoriste et Indonésie aristocratique), générateur du programme et principe de sunnisme. Histoire philologique de charî’a : la voie, le chemin (de, vers, Dieu).

 

Il faut aller lire et explorer toutes ces zones avec une attention prudente gardée sur la question, loaded parce que justement si apparemment naturelle aux mœurs analytiques d’Europe, de l’articulation singulière des sphères : religieux, social, politique (et législatif et souverain), juridique. La totalité islamique, « tous les aspects de la vie des croyants ». D’où confirmation de l’utilité d’avoir au programme la journée de mai à Montpellier sur la charî’a. Et ses discussions orientalistes et libérales.

Je continue à être perplexe sur la religion. Grande inconnue, insaisissable. La forme religion, comme forme historique de l’idéologique (merci Rodinson), du symbolique facteur de social, de culture. La catégorie « religion » toujours indécise – tant se jouant dans la différence radicale entre polythéisme (ou plus, non-déismes) et monothéisme, pour commencer.

 

Tout ceci avec Sabrina Mervin, lue à la suite du Mahomet de Rodinson.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search