Traduire, tous les jours

Tous les jours, pratiquant la traduction, au ras, du bas, je parcours l’histoire de mon rapport avec l’autorité dans la langue, ma langue, (de roman familial),  mes sorties dans les langues étrangères.

Tous les jours ces savoirs légers, insaisis, circulent – qu’il s’agit tellement peu de mots ; que des familles de notions sémantiques entières ont des histoires si hétérogènes dans les différentes langues ; que le rapport à la langue maternelle est chargé, d’obscurités et d’histoires sourdes, impensés rarement si bien éclairés. Que je suis, par exemple, si précisément située dans ma classe sociale, (mes classes, mélangées dans une largeur relative) récemment venue au capital scolaire et culturel : “moderne“. Et Modern Languages. Sans un fond d’histoire, matelas de générations, qui se sent dans les énoncés de. Toute relativement linguiste que je sois. Rapport “moderne” au linguistique. (Et combien “moderne” est une marque sociale, dans l’histoire sociale de France.)

Et pourtant’ par un autre bord, un pouvoir – critique – sûr : le simple levier de la place de la traduction (third-space exactly). Par exemple ce qui est révélé depuis cette place – you need to square yourself in it, settle in, and watch – : enjeux des “luttes” (je prends le voc de Bourdieu, que je viens de lire en “stratégie” devant la “sociologie américaine” comme devant la “politologie” et autres “fausses sciences” car “officielles”) dans les transferts atlantiques de la traveling sociology. Des objets qui sont manipulés comme les mêmes et ne le sont pas, par leurs constructions sémantiques culturelles spécifiées.

Aussi, je reviens sur l’émerveillement d’un dégagement radical, lecture de la préface d’Onions à une première édition de l’OED : nature du travail de la lexicologie, et comment le dictionnaire porte la “vie des peuples”, “vie du langage”. Tout réveillé. Simplement. Évidemment



Citer ce billet
Claire Joubert (2022, 27 décembre). Traduire, tous les jours. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9z2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search