Décompléter le politique

Oui, derniers mouvements du parcours d’Asad sur « Free Speech, Blasphemy, and Secular Criticism » (W Brown et al, Is Crit?.), après examen sériel de moments dans la transformation de la critique dans l’histoire européenne-américaine :

The practice of secular criticism is now a sign of the modern, of the modern subject’s relentless pursuit of truth and freedom, of his or her political agency. It has almost become a duty, closely connected to the right to free expression and communication. (55)

Le politique est une culture. Le terme d’Asad pour saisir celle-ci est le couple moderne & libéral. L’ « Occident », ou « la modernité », l’ont formé comme la catégorie existentielle, qui s’est développée pour les individus en un devoir politique, une injonction, à la « réalité ». D’autres configurations culturelles ont, peuvent, projeté/projeter leurs rapports et frictions sociaux et historiques sur d’autres plans, autres jeux de pragma : devoir-interpellation sociale, moralereligieuse, j’imagine ; j’imagine que ce doit être là que le religieux se déploie, étant toujours dans la même perplexité quant à lui.

La question est la valeur historique de l’émancipation, de l’égalité, et de limitation du pouvoir (cette force d’entraînement du pouvoir, qui inégalise) de ces moyens, ces attelages, en comparaison avec d’autres histoires qui ont formé d’autres attelages.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.