Curtius donne : la pensée et le savoir

Savoir, et penser, “la bouche pleine” – J. Schlanger. (Autant, Talal Asad, qui fait faire à “tradition” – dans le sens de réalité culturelle articulée et active, sur la force du discours dans ses lignes historiques – un travail d’un type de pénétration politique tout différent, s’agissant d’une reculturalisation vigoureuse, nécessaire et nécessairement, de l’Islam.) Curtius dit : “humanistic tradition“, 593 (discussed when challenged by the Scholastic moderns, who are themselves later attacked by Roger Bacon for having shelved the study of Latin, Greek and Hebrew … falling back into barbarism”).

Entre lettres et philosophie : Curtius parle de 1170 contre 1120 : John of Salisbury questioned as “old ass” (591, Curtius’ staging) by the new moderns, dialecticians. La question est du rapport entre pensée et savoir – “the power of reasoning and the irresistible attraction of logical argument soaring high above facts and knowledge of any kind.” (591)

Even more now a fan of Curtius’ US lecture, “The Medieval Bases of Western Thought”, 1949, occasion of Goethe Bicentennial Convocation, Aspen, Colorado (what a venue?!). The reflection on the US context is fruitful for Curtius, for a history of the Humanities and Arts in the US and, by interesting extension, for Merton.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Joubert (17 janvier 2023). Curtius donne : la pensée et le savoir. Ce que fait un angliciste. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9z7


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search