Curtius : histoire de la translatio

Mise en équivalence, proposée par Curtius – pour une histoire littéraire réarticulée, “science de la littérature” et “européenne” – entre littérature et étude de la littérature. La littérature comme tradition, relecture, réénonciation, écriture “la bouche pleine”. (Une littérature, dans une culture littéraire, that is.) Non seulement, donc, la littérature dans sa socialité matérielle, qui l’a associée depuis le haut moyen-âge européen à l’école : aussi, la pratique littéraire comme réécriture.

597, – ce texte canon, “The Medieval Bases of Western Thought” – Curtius en vient à Goethe, qu’il compare pour son travail de remaillage entre classicisme et romantisme (je résume en termes trop légers) au Moyen-Âge dans son rôle singulier de passeur de l’antiquité païenne au christianisme, rôle non transparent mais qualifié, qualitatif : “the spirit which it created while performing this task” – càd la qualité du passeur, le mode inventé de la translatio. Poétique, invention culturelle, de la translatio. Producteur d’une (d’un corps de) théorie de la culture comme transculture. (Se rappeler aussi qu’un des passages effectués est celui de la mise en écriture et en copie, et donc en scholarship, philologie et bibliologie – Saussure sur les légendes germaniques, mises en texte aux XIIe, XIIIe.)

Account of 19th C modernism, and of the role played in it by Goethe :

The nineteenth century produced a type of writer who championed revolutionary ideas and revolutionary poetry. That’s is a feature which betrays an age of disintegration, to use the formula of Toynbee. It may amount to what he called “a refusal of mimesis.” But the equilibrium of culture will be preserved only if those disrupting forces are balances by new ways of stating and adapting the legacy which has been entrusted to us by the past.” (597)

Canonicité révolutionnaire – cette question -, révolution de l’histoire littéraire, translatio au sujet moderne et à la culture dans ses coordonnées moderne. Ce travail culturel.

 



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 18 janvier). Curtius : histoire de la translatio. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9z8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search