Pivots culturels : “générations”, “genre”, “planète”

Frappée par un texte de Zadie Smith, NYRB, sur le film Tár qui sort cette semaine en France (Kate Blanchet in main role) : remarques, focalisation même, sur la question des générations, X, current, et le point de passage placé sur la question de l’émotion. Je retiens par exemple : “identities are opinions, opinions are identities” (or is it vice versa). Avec opinion et émotion en co-extension, de plus. Nouveau bloc éthique.

Comment de nouveaux mots d’ordre, cristallisations de valeur, se forment. Ils apparaissent socialement tout faits, on commence à les remarquer, d’abord du coin de l’oreille, puis on les rencontre ; on passe un cap, il s’agit de les prendre au sérieux, et alors de recalculer sa propre coordonnée dans la moralité déplacée, rééquilibrée.

Z. Smith remarque des ringardisations, où elle se sent définie, a posteriori, par une nouvelle perspective proposée, opposée. Elle s’essaye à s’y reconnaître. Elle semble s’y reconnaître, d’ailleurs.

Outils d’une pragmatique sociale : mot d’ordre, interpellation, logothètes, et al. La situation où la génération est invoquée (1968, première occasion ? Mais dans une histoire longue des Modernes ? “Old ass” Jean de Salisbury, devant les jeunes dialecticiens de la fin XIIe / début XIIIe (Curtius), battle of the books mordante avant l’heure, … Et pour chaque acte de parole de ce type, politique, (poussé en renverser des rapports de groupes, équilibres sociaux des pouvoirs), est à déterminer qui parle, à qui. “Génération” pose deux pôles dans un champs d’énonciation. D’autres profils d’acteur, d’autres.

Question ici : quand, comment, quelle spécificité, quand “génération” est le clivage actif. Le terme d’appel ; le sujet politique qui se forme et s’active. Mot politique.

De même, genre comme mot politique, d’actualité politique. Je continue à avoir du mal à situer pourquoi genre, et sexualité, cristallisent le politique actuellement. Lui donne un contour, physionomie descriptible, phénoménologique, et activable.

Moins de perplexité autour de la situation climatique, comme impasse du capitalisme (d’où les crises maintenant débordantes des services et principes publics, grèves UK, France) et occasion du reflux de la mondialisation : post-mondialisation now clearly. Les affairements de toutes parts, tous acteurs, autour des changements pratiques et éthiques – et politiques, c’est ce qui est plus à l’enjeu, et dans le negrado de l’histoire en cours – de toute la vie. Ou ses ersatz de façade, résistances et tortillements.

Ces dépolitisations apparentes, pour le point de vue “Boomer” ou Z ou X… – je n’ai pas le vocabulaire au net et il n’est pas en lui-même d’abord déterminant – La question est d’y reconnaître le politique, sur de nouveaux modes, expressions. Le travail de réimagination est rude (enjeux plus vastes que jamais, ahurissants, sur-humains, sur-politiques, planète) et délicat : évaluer les options nouvellement dessinées. Hors vocabulaire en place. Sémantiser ces. Je pense à la finesse théorique demandée par la lecture des enjeux de la academic freedom / sujets néolibéraux (de l’université !).



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 20 janvier). Pivots culturels : “générations”, “genre”, “planète” Ce que fait un angliciste. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9zb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search