Normal science – et chocs numériques

Heureux ébranlements de confiance, normal science.
Hier formation organisée par Claire Larsonneur à P8 sur les nouveaux outils et nouvelles pratiques de la traduction, post TAO, neuronale, avec le tournant à 2017. Les départs de discussion s’engagent, avec les collègues présents, par les interrogations concrètes, matérielles, sur les pratiques des étudiants avec ces nouveaux outils. Après la phase où se sont introduits le net généralement, Google, Wikipedia, YouTube aussi beaucoup (hier même, une étudiante me précise comment elle s’est documentée pour faire une dissertation en littérature anglaise), et al. offres données et services de produits universitaires ou les matières premières de bricolage pour l’universitaire. Il y a une université (des universités) des étudiants. Qu’il s’agit d’écouter à nouveau à chaque situation d’enseignement, oreille sur le rail : ce rapport est évidemment d’interface. Beauté de l’indocilité spontanée, relative, de Paris 8 sur ce plan.

Interrogation des enseignants donc, troublés surpris désobéis, trompés dans leurs attentes, pris de cours. “Désaffection”, par ex., est un terme en jeu. (Crainte, par ex., de la fuite des cerveaux vers des zones plus contemporaines en valeur à leurs yeux.) Conclusions immédiates et fertiles, même si énoncées avec quelque perplexité et stase, va falloir : ré-imaginer les plans du travail de formation, où placer la traduction, avant le traitement machine, après le traitement machine : culturaliser le traitement machine, et pédagogiser (critiquer donc, disséquer nécessairement, cartographier les valeurs – c’est la vertu des débuts, toute productrice d’avant-gardes, de réactions, et de science normale tranquillement neuve qu’elle soit) le rapport social spontané des étudiants indigènes et congénères (qu’on croit, certains sans doute très sélectionnés, et tâtonnements dans les ergonomies de la recherche  – search rather than research – contemporaine) aux outils.

Ce qui demande une intégration soigneuse, exigeante en temps et en imagination (et oui, CL le souligne, des différences de réactions individuelles, des remises en cause plus ou moins possibles, confortables, envisageables, selon places dans carrière et structure, etc.), des outils en question ; formation à faire, et qui va l’imaginer elle-même ? Les pionniers, qui vont bricoler, qui bricolent, théorisent, expérimentent…

Logiciels neuronaux de traduction, et ces derniers jours l’IA de la rédaction sous la forme du ChatGPT. Et les premiers outils immédiats pour en “detect” les produits. DeepL et maintenant DeepL Write. …

Des sous-bassement du pédagogique (dans les lettres, langues, sciences humaines, le culturel, culture de la culture), très profond dans la bifurcation culturelle entre pensée et savoir, information et savoir, information et apprentissage etc. Fondamentaux à redistribuer du savoir et de l’apprentissage/enseignement, de la recherche. Formation – le terme est bien un carrefour de visions opposées. Multiplement sans doute.

 



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 20 janvier). Normal science – et chocs numériques. Ce que fait un angliciste. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9zc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search