Décolonial : actualisations, génération

Évidence lente à venir : dans le décolonial – qui a tendance à m’ennuyer pour deux raisons, d’abord par l’ignorance qui accompagne l’excitation du nouveau à son propos (deux couches temporelles superposées, de plus, couche de la génération postcolonial studies en anglophonie et couche latino-américaine de la formation de la perspective, dans le sillage Wallerstein, philo, expérience de l’impérialisme US), et par l’effacement tranquille du postcolonial, ou son rejet pas toujours correctement informé –

dans le décolonial donc, voir un phénomène de génération, intellectuelle et militante. Qui en dit autant sur les concepts et valeurs proposés que sur les conditions d’émergence de ces formations et stratégies, critiques et politiques. Utilisable donc comme mesure, outil de saisie d’un déplacement des termes du contexte. Le colonial repensé, recadré, en fin de mondialisation (décidément les cadres chronologiques sont l’enjeu clé de distinction déco / postco, d’autant plus utiles pour cet usage chronographique), quoi d’autre parmi les nouveaux elements de donne ? État global du capitalisme, état des humeurs, expressions, formes d’action, mots d’ordre politiques. Générations critique, politiques, militantes. Ici le point d’intérêt, de curiosité. Apport théorique. Relectures du colonial, donc.

A prendre d’abord donc par Décolonial de Stéphane Dufoix, étape dans la série Le mot est faible d’Anamosa.

Vagues d’ignorance, assourdissement : l’anticolonial par le postcolonial ; le postcolonial par le décolonial. Non évidemment que ces vagues soient linéaires et en succession. Voir la qualité, ou quantité, de rejet explicite, déconstruction active, soignée et plus ou moins agressive (sentiment d’opposition politique) ou oblitération, “par intégration” ou par motivations variées et plus ou moins délibérées / inconscientes.

Trope, manifestement, pour moi : les effets de génération. Générations critiques en particulier. Qui se jouent, pour ce qui me concerne (je suis placée juste à une jointure repérable, classique, repérée, études au début des 1980s – interesting times), autour du rejet ambiant des modes Boomer. Et juste post : les réactions aux Boomers elles-mêmes.

J’introduis donc deux termes au lexique de tags ici CQFA : génération (fait récemment il me semble) et actualisation.

 

 



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 21 janvier). Décolonial : actualisations, génération. Ce que fait un angliciste. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9zd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search