Histoire de l’identité – et valeur haute actuelle

Prendre par cette face : “de-quoi-est-le-nom” l’identité comme injonction (et interpellation !) contemporaine. Comme toute valeur sociale, à prendre par le fil de ses formations, et donc, éthologiquement, ses transformations. Chercher où les repères pré et actuels, autour de l’effet de temps, unité de transition, ces temps-ci bien incarnée dans la notion opératoire (mot d’ordre) de génération.

L’identité, contours actuels, par écoute flottante : la subjectivité par le mode de la com, vecteurs YouTube et réseaux sociaux, figure de l’influenceur.euse. Du selfie. Fantasme narcissique, croyance en un littéralisme étonnant pour une génération éthique différente : dénégation de la séparation, faille structurante, espace même d’articulation subjective, entre fantasme de soi et socialité des relations subjectives (pas exactement ça). Magie publicitaire. Pratique, non naïve, de la croyance alors : ici aussi, une spécificité.

Quelles dominations sociales, dressages, désubjectivations – et plus évidemment dépolitisations – sont-elles à l’œuvre ici ? Par tel scénario proposé culturellement par une état social ? (Et ce problème tenace, central, pivot : malfaisance de la culture, aussi.) Ici voie pour aller interroger les articulations au, du, néolibéralisme – nom-index lui-même en processus de déplacement, changement, mobilité justement en question.

Jusqu’au personnel ici : combien il y a d’imagination à déployer pour âger (je modèle sur aging, conveniently direct. Mon père se demandait, s’inquiétait, comment faire, pour mourir. Comment faire, comment fait-on, pour ces processus dont on est le sujet sans prescience, tous les jours, précisément.) Les réinventions, peut-être bougonnantes ou plus troublantes et coûteuses, successives – alors qu’on change de rôle, interpersonnel et social. Plusieurs fois. La maturation des savoirs, la multiplication des expériences, et les dépossessions, désarticulations, qui demandent l’imagination de la réarticulation. Actualisations de soi. (Les baleines ménopausées, j’aime cette fabulette, glanée je ne sais où de vox populi, seules mammifères semblables aux humains sur ce trait, pour un rôle de grand-mère.)



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 22 janvier). Histoire de l’identité – et valeur haute actuelle. Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9ze

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search